Le vaisseau

11 juin 2009

Départ

Je m'éveille sous un ciel aussi noir que celui qui m'a vu trouver le sommeil. Peut-être devrais-je installer un système de ciel artificiel, comme ceux qui entourent les six planètes du Vaisseau? Je pourrais ainsi me réveiller sous un chaud soleil maître d'un grand ciel bleu. Il y a à peine un mois, tout ceci n'était que néant. Quelques jours de plus avant de me décider, bien que je peux toujours changer d'idée, et ces prochaines semaines qui ne me permettront pas de revenir ici, n'affecteront guère plus mon sommeil.

chateau

Je me détourne du lac et me dirige vers la maison, un château du style Neuschwanstein, en Allemagne, mélangé avec celui de Cendrillon, à Disney. Le tout, en plus petit. Je n'ai jamais visité ces châteaux sur Terre. Je n'ai fait qu'emprunter leur apparence. L'intérieur est beaucoup plus modeste et habitable.

Près de la porte principale, j'entre dans la cabine pour l'ascenseur, lequel me mènera à la voie de transport.

Cette voie fait le tour d'un des globes qui abritent les planètes, à l'extrémité arrière du Vaisseau. Je descends à l'intersection de la voie principale, pour ensuite arriver à l'avant, dans le poste de contrôle. Je m'installe aux commandes.

Face à moi, la Voie-lactée. Ma destination: Jupiter.

J'allume les moteurs. Doucement, le Vaisseau prend de la vitesse. Dans trois semaines, je serai stationné à quelques milliers de kilomètres de Jupiter, où je prendrai le temps de finaliser mon plan d'approche vers la Terre.

Posté par levaisseau à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mai 2009

Ainsi fut achevé le vaisseau

Aussi loin que je puisse observer, le noir infini et l'intensité des étoiles s'entremêlent. Une partie de la Voie-Lactée se confond avec la neige des montagnes, sur laquelle escalade une vaste forêt sans oiseaux, sans mammifères. Cette forêt silencieuse survivra-t-elle sans eux, seulement par la force de ma volonté? Ma respiration sera le seul son que j'entendrai aujourd'hui.

Demain, j'entreprendrai mon approche. Je mettrai en route le décompte. Mon vaisseau s'arrachera de l'immense système planétaire qui le retient depuis un mois.

A moins que j'aie déjà perdu le fil du temps terrestre?

Un mois en solitaire, si loin des miens. J'avais déjà imaginé me retrouver si loin, quand je rêvais de la création de mon grand vaisseau. Un fantasme qui m'obsédait chaque nuit depuis quatre années terrestres, jusqu'à ce qu'un pouvoir inconnu m'emporte au-delà de mon univers pour réaliser ce rêve.

Je regarde le tout, sans voir l'ensemble. Je suis satisfait. Étendu sur le sable chaud, je m'endors, protégé sous une immense cloche de ce qui semble être du verre.

La réalité, aussi improbable qu'elle paraisse, n'est pas le rêve. Je l'affronterai demain.

Posté par levaisseau à 01:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]